Teylers Museum à Haarlem

L’exposition Nr. 36 Passage de Venus, expédition hollandaise pour Réunion s’est tenue au Teylers Museum à Haarlem, généralement connu comme musée des Sciences Naturelles. C’est une certaine intimité qui caractérise avant tout ce musée: il faut, pour voir certaines pièces, écarter des rideaux pour ensuite les refermer.

Ne cherchez pas à distinguer le vrai du faux

Ne cherchez pas à distinguer le vrai du faux

Cette intimité se reflète dans le détail des légendes, où perdure l’esprit de ceux qui ont examiné, décrit et catalogué les objets.

L’amour du détail
L’exposition Nr. 36 Passage de Venus, expédition hollandaise pour Réunion imite et accentue cet amour du détail ainsi que le caractère intime de ce musée. Cependant la hiérarchie est inversée: l’attention du spectateur ne sera pas dirigée vers les endroits stratégiques du musée comme le générateur électrique et les dessins des grands maîtres, mais précisément vers les objets les plus infimes: les titres et les légendes. Ainsi le musée devient décor. Entre les titres, les légendes et les indications destinés au public se trouvent des étiquettes qui en apparence ne se distinguent pas des autres mais qui posent problème au lecteur. Ces étiquettes contiennent des messages de nature apparemment très intime, du fait qu’ils n’utilisent pas le « vous » d’usage, mais bien le très personnel « tu ».

Objectivité
Le lecteur ne pourra que s’interroger, parce que les messages sont trop intimes, trop poétiques ou même parfois trop choquants pour être d’authentiques fiches du musée. De cette manière l’objectivité et la fiabilité des fiches réelles est remise en question. En mettant en avant son aspect linguistique, c’est un fil qui est tissé dans l’espace muséal. Là où de nos jours les informations dans les musées tendent à une certaine objectivité et masquent totalement la personnalité des auteurs, cette installation en revanche souligne le caractère strictement personnel et émotionnel du message.